Quelle extension maison en zone inondable ?

Votre maison se situe en zone inondable ? Vous souhaitez l’agrandir ? Quelles sont les possibilités ? Que dit la loi ? Tour d’horizon.

Qu’appelle-t-on une zone inondable ?

La zone inondable est définie par l’Etat comme une zone soumise à « une submersion temporaire, par l’eau, de terres qui ne sont pas submergées en temps normal. Cette notion recouvre les inondations dues aux crues de rivières, des torrents de montagne et des cours d’eau intermittents méditerranéens ainsi que les inondations dues à la mer dans les zones côtière ».

Les zones régulièrement inondées ou susceptibles de l’être sont situées le plus souvent à proximité d’une rivière ou en bordure d’océan. Certaines inondations sont également connues en ville ou sur un bassin versant, quand des pluies torrentielles s’abattent subitement.

Pour repérer les zones inondables sur le territoire français, des plans de prévention contre les risques d’inondations (PPRI) ont défini des zonages cartographiés.

Des zones inondables constructibles et d’autres pas

Le zonage PPRI, annexé à chaque Plan Local d’Urbanisme détermine s’il est possible de construire ou pas sur une zone inondable.

En dehors des côtes françaises, 3 zones sont répertoriées par couleur :

  • Blanc : Le risque d’inondation est inexistant. Il est possible de construire ;
  • Bleu : Le risque d’inondation existe mais il reste moyen. Il est possible de construire mais sous conditions de respecter les règles édictées par le PPRI ;
  • Rouge : Le risque d’inondation est élevé. La construction est impossible.

En zones littorales, depuis la tempête Xynthia de 2010, deux couleurs s’ajoutent aux précédentes :

  • Noir : Le risque d’inondation est extrême et dangereux. La construction y est impossible. Les habitations existantes doivent être détruites.
  • Jaune : Le risque existe, mais des systèmes de protection des populations sont mises en place (système d’alerte, protocole d’évacuation). Il est possible de construire sous conditions (zone refuge à étage au-dessus du niveau de la mer).

Quelle extension maison en zone inondable ?

Selon le degré de risque d’inondation, la construction d’une extension devra respecter les obligations indiquées dans le Plan Local d’Urbanisme. Les deux principales solutions en cas de risque élevé d’inondation sont :

  • la surélévation de maison : sur une maison existante, la surélévation partielle ou totale permet de créer une zone refuge à l’étage ;
  • l’extension sur pilotis : dans le prolongement d’une maison existante, la solution sur pilotis permet de construire des espaces en plus au-dessus du niveau maximum probable des eaux.

Combien coûte une extension en zone inondable ?

Le prix d’une extension en zone inondable dépend de la technique utilisée et du niveau de finitions souhaité.

Pour une extension en surélévation, il faut compter de 1 800 à 2 500 € / m² en Hors d’eau/Hors d’air, de 2 500 € à 3 200 € / m² en Prêt à finir et de 2 700€ à 4 000 € / m² en Clés en main.

Pour une extension sur pilotis, les prix s’échelonnent de 2 000 à 2 500 € / m² en Hors d’eau/Hors d’air, de 2 500 € à 3 000 € / m² en Prêt à finir et de 2 700€ à 4 000 € / m² en Clés en main.

A noter : chaque projet étant unique, ces prix moyens restent indicatifs !

Vous souhaitez en savoir plus sur les possibilités de votre future extension maison en zone inondable ? Contactez-nous pour une visite conseils gratuite et sans engagement.

En savoir plus sur l'extension ? Découvrez
notre brochure !
Je télécharge ma brochure

Tout savoir pour agrandir sa maison







*Tous les champs sont obligatoires



Besoin de conseils
pour votre projet ?
Rencontrez votre pro local ! Rencontrez vite
votre professionnel local !

Vous aimerez aussi ...